Revue De Presse
24 août 2018

Revue de presse #4

« Depuis une décennie, écrit Christel Brion sur Lenouvelobs.com, la figure du cuisinier a gagné en popularité avec la naissance du chef médiatique, devenu la nouvelle coqueluche des marques. De Michel Guérard et son pithiviers de poisson pour Findus dans les années 1970 à Joël Robuchon qui revisite les makis pour Sushi Shop, les marques ont intégré les bienfaits de la notoriété des toques. » La journaliste nous fait un bref panorama des biais que prennent les chefs pour mettre du beurre dans les épinards grâce à leur image médiatique.

Lire l'article

En janvier 2018, Libération interrogeait l’effet de la télé-réalité culinaire sur le comportement des clients alors que « Top Chef » reprenait à l’antenne, quand Bruno Verjus (La Table, Paris 12e) leur accorde un entretien cash sur l’image du cuisinier que véhicule ce genre de format : « C’est un enchaînement de tensions, qui caressent le cerveau reptilien à la manière d’un film pornographique. Ce genre d’émission ne cherche pas à orthonormer l’individu, à lui donner des éléments d’analyse comme certains programmes de bouffe sur Arte. On fait appel aux instincts les plus basiques : le spectacle, la compétition, le sang, les larmes. Top Chef donne une fausse image de la cuisine et des cuisiniers. Non, on ne peut pas créer de grands plats et ouvrir son resto à 22 ans. »

Lire l'article

Outre-Atlantique, David Chang, chef étoilé à la tête d’une quinzaine de restaurants et d’un empire médiatique, donne à voir la cuisine autrement dans le petit écran avec son « Ugly Delicious », visible sur Netflix. À lire, le portrait en creux du chef et de son émission sur Konbini.

Lire l'article

Partager cette page :

© 2018 Sirha. Tous droits réservés. Mentions légales